Walk // Visite au cœur de la Garde Républicaine

Il y a quelques semaines, Cultival m’a invitée à découvrir le quartier des Célestins, ce lieu d’entraînement et de vie des cavaliers de la Garde Républicaine. Suivez-moi pour cette visite insolite au cœur du IVe arrondissement.

En entrant dans l’enceinte du quartier des Célestins, nous sommes tous surpris par sa grandeur et son calme. En effet, le quartier s’est installé à l’emplacement d’un ancien couvent dont elle garde la disposition en rectangle autour d’une cour centrale.

Pour notre plus grand plaisir, des cavaliers et leur monture sont en train de s’entrainer sur la piste centrale et les chevaux de l’État Major se font dorloter au soleil. Et c’est devant ces derniers que notre guide choisit de faire le tour d’horizon de cette force de gendarmerie pas comme les autres. En France, la Garde Républicaine assure des missions d’honneur et de sécurité auprès des autorités nationales et elle est constituée de deux régiments d’infanterie, d’un régiment de cavalerie, de l’orchestre et du chœur de l’armée française. Au quai des Célestins, se trouvent l’un des trois escadrons de cavalerie (les deux autres sont au quartier Carnot dans le bois de Vincennes) et l’escadron hors rang, composé de la fanfare de cavalerie, des maréchaux-ferrants et du service vétérinaire.

Les écuries abritent les 140 chevaux du 1er escadron et ceux de la fanfare de cavalerie, un ensemble qui a fière allure quand il défile lors des cérémonies protocolaires, tantôt militaires, tantôt en tant qu’escorte présidentielle. Mais les défilés ne sont pas l’essentiel des fonctions de la Garde Républicaine car comme son nom l’indique elle assure surtout des missions de sécurité. Intégrée à la gendarmerie depuis 1849, cette “force montée“ du Ministère de l’Intérieur assure en effet quotidiennement la surveillance publique soit pas moins de 10 000 patrouilles par an.

Vient ensuite notre tour d’entrer au musée dédié à l’histoire de la Garde Républicaine de 1802 à nos jours, installé dans une ancienne écurie, pour passer en revue les uniformes, les grades, les missions, les coiffes, les harnachements, les instruments de musique, les armes, etc.

Puis à défaut de pouvoir visiter le manège Battesti et d’admirer sa célèbre structure Eiffel – qui est fermé pour cause de restauration (quelle superbe occasion pour y retourner 😉 ) – nous partons faire le tour du site pour en capter toute sa richesse.

Moment tant attendu, nous pénétrons enfin dans une écurie, celle de l’orchestre, l’occasion d’approcher ces belles bêtes et d’en apprendre un peu plus sur elles. Notamment qu’à chaque cavalier est affecté au moins un cheval pour effectuer les services d’honneurs et pour les meilleurs d’entre eux, sont affectés les jeunes chevaux en vue de finir leur préparation aux services. Chaque cavalier est responsable de son cheval, pour le travail de tous les jours, le pansage et le toilettage.

L’occasion également d’aborder un sujet sensible qu’est leur fin de carrière. Après 15 ans de bons et loyaux services, ces chevaux d’exception peuvent être récupérer par leur cavalier (s’il le peut), sinon ils sont sont vendus pour la somme d’un euro symbolique à la personne candidatant et pouvant leur apporter de bonnes conditions d’accueil et de bons soins.

La visite se poursuit à travers les « ruelles » où nous apercevons les lieux de vie de cette caserne hors du commun : la salle communale, une salle de sport, et même un salon de coiffure.

En passant devant la forge, notre guide nous explique que le lieu est aussi fermé pour cause de restauration. C’était sans compter la venue fortuite d’un forgeron qui nous proposa la visite et nous avons pu lui poser pleins de toutes nos questions. Une belle surprise.

Nous terminons notre visite dans l’écurie de l’Etat-Major, où nous de magnifiques chevaux nous y attendent. L’occasion de faire le dernier plein d’informations avant de repartir émerveillés. Nous  y apprennons que le 1er escadron des Célestins monte de fiers alezans, le second des bais et  le 3ème des bai-bruns, ce qui explique les différentes robes aperçues lors du défilé du 14 juillet.



Infos pratiques

Je remercie à nouveau Cultival pour cette super visite et vous invite à aller sur leur site internet (toutes les visites donnent tellement envie !).
Adresse : Garde républicaine, 18 bd Henri IV, 75004 Paris
Accès : Sully Morland (ligne 7) Bastille (Ligne 1,8)
Tarif : 13 euros

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s