Walk // Les grandes serres du Jardin des Plantes

Alerte à la dépression ! Pluie, vent, froid, pas vraiment la saison idéale pour se promener des heures le nez en l’air dans Paris. Et quand on ne veut pas se retrouver parmi les milliers de touristes à déambuler dans les musées, on opte pour une autre solution. Cette fois je vous emmène avec moi dans les grandes serres du Jardin des Plantes.

Pour la petite histoire, avant qu’apparaissent les célèbres serres, l’emplacement était aménagé en orangeries. C’est bien plus tard que les serres sont construites dans le but de conserver et d’acclimater les collections botaniques et les plantes rares que les naturalistes rapportent de leurs voyages d’exploration.

Au début du XIXe siècle, l’utilisation du verre et surtout du métal, permet d’édifier des structures plus solides, fournissant une meilleure isolation pour des plantes réclamant une chaleur constante. Charles Rohault de Fleury, architecte du Muséum, construit entre 1834 et 1836, deux serres chauffées à la vapeur : le pavillon oriental qui sera appelé plus tard la Serre mexicaine, et le pavillon occidental, future Serre australienne. Ce sont les premières serres au monde d’aussi grandes dimensions réalisées en verre et en métal.

Aujourd’hui restaurées, les quatre serres du Jardin des Plantes sont réparties ainsi :

  • La serre des forêts tropicales humides (ancien jardin d’hiver) : dépaysement assuré dans l’atmosphère chaude et humide qui sied à ces écosystèmes tropicaux
  • La serre des déserts et milieux arides : cinq scènes végétales présentent les différents mécanismes d’adaptation des plantes à la sécheresse, dans diverses régions du globe : déserts des USA et du Mexique, des Andes, d’Afrique du Sud, de Madagascar, du Sahara…
  • La serre de Nouvelle-Calédonie (ancienne serre mexicaine) : comme son nom l’indique, on y trouve des plantes de Nouvelle-Calédonie dont la très grande majorité a dû être acquise et acclimatée
  • La serre de l’Histoire des plantes : dans ce pavillon, l’évolution des plantes est retracée depuis leur sortie de l’eau, voici 430 millions d’années, jusqu’à l’apparition des fleurs

thumb_fullsizerender-4_1024

thumb_img_7602_1024

thumb_img_7589_1024

thumb_fullsizerender_1024

thumb_fullsizerender-9_1024

thumb_fullsizerender-12_1024

thumb_fullsizerender-3_1024

thumb_img_7596_1024

thumb_fullsizerender-5_1024

thumb_fullsizerender-6_1024thumb_fullsizerender-7_1024thumb_fullsizerender-11_1024

thumb_fullsizerender-2_1024

thumb_fullsizerender-13_1024

thumb_fullsizerender-10_1024

Adresse : 57 rue Cuvier – Paris 5
Accès : Ligne 5 ou RER C Gare d’Austerlitz, Ligne 7 Censier Daubenton, Ligne 10 Jussieu ou Gare d’Austerlitz
Ouverture : Ouvert tous les jours, de 10h à 17h/18h
Tarif : 7 € (réduit : 5 €)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s